essai3333

essai

24 juillet 2005

essai2

jaune1esai2

Posté par essai3333 à 17:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Moyenne
    Mulhollan Drive 19,1
    Eraserhead 18,9
    Blue Velvet 18,8
    Lost Highway 18,6
    Sailor et Lula 17,4
    Straight Story 17,1
    Twin Peaks 17,0
    Elephant man 16,7
    Dune 11,4

    Posté par Elminster, 25 septembre 2005 à 17:05
  • Moyenne
    Ma sorcière bien ailmée #DIV/0!
    L'interprète #DIV/0!
    Birth #DIV/0!
    Dirt music #DIV/0!
    Nadia #DIV/0!
    Buch Christmas #DIV/0!
    Les autres 19,0
    Eyes Wide Shut 17,5
    Calme blanc 16,5
    Die hours 15,0
    Moulin rouge 15,0
    Malice 14,0
    Portrait de femmes 13,5
    Pr^te à tout 13,0
    Billy Bath Gate 13,0
    Dogville 12,5
    La couleur du mensonge 11,0
    My life 11,0
    Horizons lointains 11,0
    Le pacificateur 10,5
    Retour à Cold Mountain 10,0
    Les ensorceleuses 10,0
    Batman Forever 10,0
    Flirting 8,0
    Et l'homme créa la femme 7,0
    Jour de tonnerre 2,0

    Posté par Elminster, 25 septembre 2005 à 17:06
  • Les autres 19,3
    Eyes Wide Shut 17,5
    Moulin rouge 16,7
    Calme blanc 15,7
    Die hours 15,0
    Malice 14,0
    Pr^te à tout 14,0
    Portrait de femmes 13,5
    Billy Bath Gate 13,0
    Dogville 12,5
    La couleur du mensonge 11,0
    My life 11,0
    Horizons lointains 11,0
    Les ensorceleuses 11,0
    Le pacificateur 10,5
    Batman Forever 10,3
    Retour à Cold Mountain 10,0
    Nadia 8,0
    Flirting 8,0
    Et l'homme créa la femme 7,0
    Jour de tonnerre 2,0

    Posté par Elminster, 27 septembre 2005 à 19:39
  • Blier

    COMBIEN TU M’AIMES de Bertrand Blier (2005)

    Synopsis

    Dans le Pigalle des boîtes de nuit, la Beauté professionnelle, c'est Daniela. Quand le client la voit, il a le souffle coupé. Le client vient de gagner gros au loto. C'est François. Il demande à Daniela 'Combien tu prends ?' et lui propose immédiatement de devenir sa femme. Elle accepte... Mais on ne quitte pas comme ça Charly et le monde de la nuit...

    Mon avis

    Pour ma part, je considère, Bertrand Blier comme le plus grand metteur en scène du cinéma français. Son « Buffet froid » est sans doute ce qui s’est fait de plus original et de plus audacieux dans le cinéma français. « Les valseuses », représente une « nouvelle vague », encore bien plus forte que celle créée par Truffaut et Godard. Depardieu, Dewaere, Miou-Miou, Isabelle Huppert, c’est lui qui les a inventé. Son ton est très proche de celui d’Audiard, mais avec beaucoup plus de fond. Mais voilà, depuis quelques temps, à partir du « dérapage » de « Mon homme », Blier avait peut-être perdu confiance et ne retrouvait plus sa magnifique particularité.

    Et bien, le nouveau Blier » est vraiment un retour aux sources, n’en déplaise à la majeure partie des critiques professionnelles tout à fait lamentables ! Mais bon sang, à quoi ça sert de flinguer un metteur en scène de cette envergure ? Même si on n’aime, voilà bien quelqu’un a qui l’on doit le plus grand respect. Des metteurs en scène de cette trempe, il n’y en a plus en France ! Ils vont vraiment finir par tuer leur propre cinéma !!!

    « Combien tu m’aimes », c’est le grand retour du cynisme irrespectueux. Mélange de drame profond et de comédie burlesque, comme le font si bien les italiens et Blier en France. Mélange de profondeur et de légèreté où quand on ne sait jamais très bien si l’on doit rire ou pleurer.

    « Combien tu m’aimes », où le point de vue irrespectueux d’un artiste sur la femme. Est-ce que c’est choquant ? Mais bien sûr, et tant mieux. De plus, Blier fait en sorte qu’on ne puisse lire sa narration d’une seule façon, donc il est impossible d’en terminer un seul sens. Il n’existe pas de point de vue unique chez Blier. En ce sens, il rejoint complètement le cinéma de David Lynch. Voilà un cinéma complètement libre, qui s’amuse sans concession sur la nature humaine. Mépris, compassion, amour, haine, irrespect se multiplient et s’entrecroisent sans jamais donner plus d’importance à une notion plutôt qu’une autre, même si dans ce film-ci, c’est l’amour qui a le dernier mot. Je l’affirme haut et fort, ce Blier est un Chef-d’œuvre !

    Posté par Chris, 27 octobre 2005 à 12:20

Poster un commentaire